Pour les visiteurs du site :

Attention Électron Libre théâtral ! Vous entrez sur le site d'un auteur qui prône un théâtre différent, loin des vaudevilles et comédies d'antan. Vous êtes prévenus et libres de continuer la visite.

mercredi 12 avril 2017

SAISON 2017 : Le retour du boomerang

Parce qu'écrire des pièces et préparer un court-métrage, c'est bien mais ça ne remplace pas l'envie de monter sur les planches. Après avoir hésité un moment, j'ai pris la décision de participer à la pièce "Le retour du Boomerang" de Franck Didier. Comédie mais pas que...Des petits accents de comédie dramatique sur la fin qui en font une pièce à part.

Première répétition hier pour moi. Représentations en novembre

dimanche 19 mars 2017

Humeur du jour : My God, "ils" ont changé la fin !


- Stupeur ! Stupéfaction ! (Putréfaction ?).... "Ils" ont changé la fin !
- La fin ? La fin de quoi ?
- La fin de la pièce, pardi !
- Ahhhh ...la fin de la pièce...mais qui ça "ils" ?
- La troupe, le metteur en scène...que sais-je ?
- Mais pourquoi "Ils" ont fait ça ?

(Attention débat sujet à polémique, ça va vous changer de la télé. )

- Alors là c'est du grand n'importe quoi la principale raison, celle qui revient la plus souvent, c'est que la fin ne leur convenait pas.
- Sans blague ?
- Sans rire. Alors moi j'écris depuis quelques temps et bien tiens, je vais changer la fin de "Roméo et Juliette", personne ne meurt, ils se marient et ont beaucoup de petits Capulet/Montaigu qui réconcilient les deux familles et ils partent tous ensemble à Eurodisney pour fêter ça. Voilà comme ça, c'est beaucoup mieux, c'est plus vendeur, on en a fait une comédie, le public est heureux. Et Shakespeare n'aura pas son mot à dire, de toutes façons, il est mort.
- Je te sens un peu énervé là.
- C'est que ça m'agace qu'on change la fin. Si la fin est comme elle est, c'est que l'auteur l'a voulu ainsi. Et si ça ne plait pas aux troupes et bien qu'elles trouvent une autre pièce, ce n'est pas ce qui manque.
- Oui ou alors c'est que l'auteur ne savait pas comment conclure son texte et ça se ressent. Ça ne t'es jamais arrivé peut-être ?
-......euh.....si....une fois....pour "l'anniversaire de Tchaïkovski", toujours pas satisfait de la fin d'ailleurs.
- Ah, tu vois !
- Oui mais la moindre des choses, ce serait d'en avertir l'auteur. Qui ne sera pas sûrement d'accord mais tant pis. Ça témoigne quand même d'un manque de respect du travail accompli.
-Dis donc, tu as mis en scène toi aussi. Tu n'as jamais rien changé ?
- Si quelques répliques ou j'ai ajouté des passages "musicaux" en play-back mais toujours en gardant la ligne directrice du texte et la fin de l'auteur. Ce n'est pas pareil. Après, il y a d'autres raisons, moins contestables.
- Lesquelles ?
- La troupe n'a parfois pas les moyens techniques de suivre pour une fin particulière.
- Ça ne doit pas arriver souvent.
- Ce fut le cas pour "la clochette de Madame" et la troupe du Carillon. Pas assez de monde pour assurer en coulisses et rendre hommage à la chanson de Juliette avec la fin telle qu'elle était écrite. Ils ont dû modifier le final
- Donc en résumé c'est soit parce que la fin ne leur plait pas, soit quelle est trop complexe ?
- Oui.
- C'est tout ?
- Oui.
- Et ça valait le coup de faire un billet d'humeur ?
- Bin oui, hein... surtout que je ne suis pas le seul à m'en offusquer.
- T'en offusquer ? Carrément ! Ha ! Ha ! Ha !
- Tu écris bien toi aussi. Tu dirais quoi si on changeait la fin de tes pièces ?
- ......certes......


Conversation avec moi-même. 



mercredi 1 mars 2017

HUMEUR DU JOUR : Où sont passées les pièces en costumes ?

La couturière serait-elle une espèce en voie de disparition au théâtre ?
Je ne compte plus le nombre de pièces contemporaines qui se passent dans un salon et à notre époque.

Essayage de tutu pour "Les pas perdus" de Denise Bonal
Si certains auteurs se complaisent dans ce chez-soi reconstitué tant mieux pour eux, mais les troupes devraient regarder autrement.

Le théâtre est une magnifique machine à voyager dans le temps. Et elle est si peu utilisée.

Bien sûr, il y a Molière et Shakespeare, là les costumes ça y va, mais ça leur fait une belle jambe à Jean-Baptise et William car d'autres auteurs (bien vivants eux) n'attendent que ça.
Ah, stop ! Je vous vois venir !
"Ouuii...Wilfrid veut encore faire avec ses pièeccees son auto-promotiioon ".

Comment vous avez deviné ? ..................................
La Poisse de Dieu...-Troupe La Maestria-
Blague à part, disons que lorsque je vois le travail fait par les différentes troupes sur mes deux premières pièces "la poisse de Dieu, la Farce du Diable" et "Légendes d'Anjou et d'ailleurs", ou sur plus récemment "La clochette de Madame" je me dis avec une fierté non dissimulée que ça avait quand même de la gueule.
La Poisse de Dieu...-Troupe La Maestria-

Jugez plutôt. Pas besoin d'importer des vêtements de Chine, la France a un incroyable talent et le Québec (La Poisse de Dieu...) n'était pas en reste !
Légendes d'Anjou et d'ailleurs-Atelier de La Doutre


La clochette de Madame-Cie du Carillon
Légendes d'Anjou et d'ailleurs-La commédia d'Ici
Légendes d'Anjou et d'Ailleurs- Les Cominnamis-

Chouette, non ?
Mais je n'oublie pas pour autant les collègues qui se sont aussi donnés la peine de franchir le temps, l'espace temps et le réel.
Le Roi est mort de Vincent Dheygre
Vincent Dheygre pour "Le Roi est mort" avec un texte qui se passe sur un  échiquier ou bien Gérard Levoyer pour "Histoires de bains" avec son marchand ambulant, sans parler de ce magnifique classique trop rare d'Arthur Miller "Les sorcières de Salem" sur la folie religieuse des premières colonies en Amérique.




Histoires de Bains de Gérard Levoyer
Les sorcières de Salem d'Arthur Miller

 Bref, chères troupes, sortez les couturières de leur placard. Elles seront sûrement ravies de participer à la magie du théâtre et de ressortir leur machine à coudre. Quittez le présent ! Le passé et le futur vous tendent les bras !
Vous, je ne sais pas mais moi je rêve d'y aller...je dis ça, je dis rien....